Lorsque Thomas Paine a quitté les États-Unis pour la France, en avril 1787, il était pour chacun heureux comme un homme comme tout le monde. Son copain le plus intime, Jefferson, était ministre à Paris, et son bon ami Lafayette était l’idole de la France. Sa renommée le précéda et qu’il devint aussitôt, à Paris, le même groupe exact de savants et de philosophes qui avait entouré Franklin. Sa principale raison pour aller simultanément à Paris était qu’il pourrait éventuellement envoyer à l’Académie des sciences son invention d’un pont métallique, avec son verdict bénéfique qu’il a obtenu en Angleterre, en septembre. Il a en même temps suivi son ancien maman à Thetford, laissant derrière elle avec un éditeur (Ridgway), ses «Perspectives autour du Rubicon». Il a prévu de breveter son lien et d’en créer chez Rotherham le style le plus large démontré à Paddington Eco-friendly, Londres. Il était apprécié en Angleterre par les principaux hommes d’État, y compris Lansdowne et Fox, et plus important encore par Edmund Burke, qui pendant un certain temps l’a vécu en tant qu’invité à Beaconsfield, et l’a conduit dans divers domaines. Il n’a pas eu le moindre objectif innovant, peut-être comme considéré en Angleterre ou en France. Vers Louis XVI. il ne ressentait que de la reconnaissance pour les solutions qu’il avait expérimentées en Amérique et envers George III. il ne ressentait aucune animosité. Son séjour de plusieurs mois à Paris l’a persuadé qu’il allait se produire un changement de cette région suivant le modèle des États-Unis, à l’exception que la Couronne sera pré-offerte, une atteinte qu’il a autorisée, à condition que le trône ne soit pas hérité. Les occasions en France ont voyagé beaucoup plus rapidement qu’il ne l’avait prévu, et Paine a été convoqué par Lafayette, Condorcet, et d’autres, comme conseiller dans l’élaboration de toute nouvelle constitution. Telle était la situation qui a immédiatement précédé le duel politique et littéraire entre Paine et Burke, qui s’est avéré en fin de compte une bataille énorme entre le royalisme et le républicanisme dans les pays européens. Paine était, en France puis en Angleterre, l’inspirateur des conseils moyens. Samuel Rogers raconte qu’au début de son mode de vie, il dîna dans la maison d’un ami à l’intérieur de Londres avec Thomas Paine, lorsque l’un des toasts donnés fut la «mémoire de Josué», – en allusion à la conquête du chef hébreu par les rois de Canaan et à l’exécution de celles-ci. Paine a vu qu’il ne traiterait pas les rois comme Joshua. “Je suis du point de vue du pasteur écossais”, a-t-il déclaré, “alors qu’il priait pour Louis XIV. -Lord, secouez-le sur la bouche de l’enfer, mais ne lui permettez pas de décliner!” ” son toast, “La République du Monde”, que Samuel Rogers, âgé de 20 ans environ, a observé être une idée sublime. C’était la foi de Paine et attendez-vous à ce qu’il affronte les tempêtes violentes et révolutionnaires qui éclatent actuellement plus que la France et la Grande-Bretagne.