Pour les amateurs de voyage insolite et/ou extraordinaire, je vous propose mon témoignage personnel : la pampa. Immense mer ondulante d’herbes qui montent jusqu’à la taille, les pampas du centre de l’Argentine sont des plaines illimitées où l’on croise des chevaux sauvages, des guanacos, des espèces endémiques de renards et des nandous. S’étendant des Andes à la côte atlantique et passant d’un climat aride à l’ouest aux terres humides de l’est, la région est un sanctuaire pour des oiseaux rares tels que le carouge safran, menacé de disparition sur toute la planète et le bécasseau roussâtre, qui migre ici chaque année depuis les toundras d’Alaska et du Canada où il se reproduit. Couvrant un quart entier de la surface du pays, les pampas possèdent quelques-uns des plus riches sols au monde et abritent la majorité de la population humaine du pays, une combinaison qui s’est révélée désastreuse sur le plan écologique. Autrefois le plus grand biosystème d’Argentine, il s’agit maintenant du plus menacé. Les troupeaux de bétail, une chasse non réglementée et une agriculture utilisant les engrais à fortes doses ont fait fuir les grands carnivores comme le puma ou encore le chat de la pampa, une espèce endémique. Cependant des efforts de protection commencent à voir le jour, le parc provincial Ernesto Tornquist abrite ainsi une zone de 6 880 hectares, la plus grande étendue de pampas d’un seul tenant de tout le pays. Le climat est pluvieux de 600 à 1200 mm par an tout au long de l’année, faisant des sols appropriés à l’agriculture. On peut aussi diviser, d’après la pluviosité, une pampa humide, au nord de Bahia Blanca, propice aux cultures végétales, et une pampa sèche, qui s’étend vers la Patagonie. Les précipitations sont assez uniformes tout au long de l’année, mais un peu plus abondantes en été. Les précipitations annuelles sont plus fortes près des côtes et décroissent régulièrement vers l’ouest, en direction de l’intérieur des terres. La pluie, dès la fin du printemps et en été, tombe sous forme d’averses brèves et puissantes et d’orages. Le reste de l’année, la plupart des pluies se produisent lorsque des fronts froids et des dépressions de tempête entrent en contact. Ce sont donc les saisons idéales pour partir en Argentine et jouer au Gaucho. D’ailleurs pour les amateurs, je vous renvois vers le site de Voyage Insolite, qui vous donnera pleins de super tuyaux et autres choses à faire sur place.

Advertisements